Comment passer de 2% à 1,8% sans baisser la prévision de croissance ?

Après les chiffres décevants du trimestre, plus personne ne croit encore que la croissance française atteindra l'objectif de 2 % du gouvernement. L’État le sait très bien mais il ne veut pas abaisser sa prévision.

ON Y VIENT

L'objectif du gouvernement est donc d'officialiser le nouvel objectif de 1,8 % sans que ce soit ressenti comme un abaissement d'objectif. Bruno Le Maire a d'abord déclaré vendredi qu'il maintenait "notre prévision de croissance à 1,8 %". Et mercredi, Gérard Darmanin a indiqué que la croissance "ne sera pas inférieure à 1,8 %". Si c'est pas un abaissement de prévision, ça y ressemble quand même beaucoup...

MALADIE : C'EST LE PATRON QUI PAYE

Le gouvernement envisage de faire payer aux entreprises 4 jours supplémentaires d'arrêt maladie. Actuellement, au-delà de 3 jours de délai de carence, un salarié est pris en charge par la Sécurité sociale à hauteur de 50 % de son salaire. Les patrons du Medef, de la CPME et de l'U2P ont écrit à Édouard Philippe pour protester contre cette charge supplémentaire de 900 millions. Les syndicats contestent aussi le projet. Mais le gouvernement semble décidé. L'annonce devrait être faite aux partenaires sociaux par Édouard Phililppe et la ministre de la Santé Agnès Buzyn en septembre.

DERNIER CONTRÔLE

La journée de mercredi était chargée pour les députés à l'Assemblée nationale. 3 projets de lois ont été définitivement adoptés : La loi travail "pour la liberté de choisir son avenir professionnel", la très controversée loi asile-immigration qui a été rejetée mardi par le Sénat, et la loi contre les violences sexuelles et sexistes qui elle fait l'unanimité. Les députés ont le droit maintenant à un mois de vacances (bien méritées ?).

GRANDES VACANCES

Emmanuel Macron passera lui ses vacances dans le Var. Auparavant, il a invité tous les membres du gouvernement, et leur conjoint, mercredi soir à l'Élysée pour un dernier dîner avant les vacances. L'occasion de resserrer les rangs après l'affaire Benalla, de faire le bilan de l'année et de dresser les perspectives. Le gouvernement a le droit maintenant à 2 semaines de vacances (bien méritées?).

PAS DE VACANCES

Pour la newsletter de MonFinancier. Votre newsletter ne s'interrompt pas pendant l'été. Nous restons à vos côtés sur la plage, à la montagne, à la campagne, à l'hôtel, chez vous, chez des amis, sous la canicule ou dans la fraîcheur. Partagez-la avec vos amis. C'est simple et rapide. Cliquez ici.

NO ALARMS AND NO SURPRISES

La Fed a maintenu ses taux inchangés, mais juge que l'activité économique "a progressé à un rythme fort". Et contrairement au mois précédent, elle ne fait aucune alerte cette fois-ci sur la guerre commerciale. On ne devrait donc pas échapper à une hausse des taux en septembre, et sans doute une deuxième avant la fin de l'année.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Wall Street a terminé en ordre dispersé, les craintes de nouvelles taxes douanières voulues par Trump ont pesé sur le Dow Jones qui a perdu 0,32 % à 25333,82 points. Les bons résultats d'Apple (+5,89%) ont permis au Nasdaq de gagner 0,46 % à 7707,29 points. Ce matin le Nikkei (-1,03%) a également été pénalisé par les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine et par des résultats d'entreprises décevants notamment ceux du sidérurgiste Kobe Steel (-9,6%). Ce matin le CAC 40 a ouvert en baisse de 0,44 % à 5474 points après avoir perdu 0,23 % hier. Le pétrole continue de baisser, le Brent repassant sous les 73 dollars le baril. L'euro baissait également légèrement à 1,1633 dollar, tout comme l'or à 1218 dollars l'once.

ON S'EN FOUT ?

L'IFI a rapporté un peu plus d'1 milliard d'euros contre 850 millions budgétisés ; Apple n'a pas dépassé les 1000 milliards de dollars de capitalisation, et a même officiellement été dépassé par Huawei dans les ventes de smartphones ; Trump a demandé au ministre de la Justice de stopper l'enquête russe : qui ose parler d'ingérence ? ; Juncker s'engage à allouer des aides financières à l'Espagne pour faire face à des arrivées massives de migrants ; Une violente bagarre a éclaté à Orly entre les rappeurs Booba et Kaaris et leur clan : un des clans auraient insulté et lancé des obscénités à l'autre, mais peut-être qu'ils répétaient juste une de leurs chansons ?

VOILÀ C'EST TOUT. BONNE JOURNÉE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com par Gauthier Maes le 02/08/2018.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet